La répartition de l’Assemblée nationale 2012 ?

Politique

Profitons de la diversité de la nouvelle Assemblée nationale française pour entraîner notre mémoire.

Un exercice A Cœur ? Par Cœur.

Sur la toile ? Cliquez:

L’intérêt thérapeutique “faible” des médicaments anti-Alzheimer ?

Abstracts, Sélection

Quatre médicaments ont une autorisation de mise sur le marché (AMM) dans le traitement symptomatique de la maladie d’Alzheimer :
– trois inhibiteurs de l’acétylcholinestérase (IAChE) : ARICEPT (donépézil), REMINYL / REMINYL LP (galantamine) et EXELON (rivastigmine) ont une AMM dans les formes « légères à modérément sévères »,
– un antagoniste des récepteurs NMDA : EBIXA (mémantine) a une AMM dans les formes « modérées à sévères ».

Leur efficacité est au mieux modeste et de pertinence clinique discutable. Elle a été démontrée essentiellement sur la cognition et les activités de la vie quotidienne. Aucun impact n’a été démontré sur le délai d’entrée en institution, la qualité de vie ou la morbi-mortalité.

Ils peuvent entrainer des effets indésirables digestifs, cardiovasculaires et neuropsychiatriques pouvant nécessiter leur arrêt. Il existe aussi un risque d’interactions médicamenteuses, notamment avec les psychotropes, souvent co-prescrits.

L’intérêt thérapeutique des médicaments de la maladie d’Alzheimer doit être considéré comme faible. Néanmoins, dans le souci de ne pas priver les patients répondeurs (impossibles à identifier a priori) d’un éventuel bénéfice clinique à court terme, il reste suffisant pour leur prise en charge par la solidarité nationale.

En l’absence de donnée clinique à long terme, l’utilisation de ces médicaments doit faire l’objet d’une réévaluation attentive à un an, au cas par cas. La pertinence de la poursuite du traitement au delà d’un an ne sera décidée qu’après une réunion de concertation pluridisciplinaire.

L’article complet de la Haute Autorité de Santé.

Sur la toile ? Cliquez:

La culture anti-Alzheimer ?

Alzheimer, Communiqué de presse, Edito, Méthode

La prise en charge des troubles de la mémoire est souvent difficile et longue à mettre en œuvre, d’autant plus que l’on est préoccupé par le diagnostic et son cortège d’examens complémentaires, de traitements et d’angoisse pour la personne touchée ainsi que ses proches.

Il semble pourtant logique d’entreprendre le plus rapidement possible un entraînement cérébral, d’autant plus qu’il semble être efficace* et sans effets secondaires autres que la satisfaction de pouvoir y faire quelque chose.

Le programme A Cœur ? Par Cœur, développé par une association de médecins et de psychologues, La Longévité française, permet de profiter rapidement d’un entraînement adapté, sur la base d’un contenu susceptible d’être partagé, la culture générale, prétexte de l’activation de techniques cognitivo-comportementales. La suite ici

Sur la toile ? Cliquez:

Parler d’égal(e) à égal(e) ?

Psychologie, Senior Attitude

Une Senior Attitude.

Sur la toile ? Cliquez: